Domaine Jean Linden-Heinisch

Jean Linden se dit l’ainé des vignerons luxembourgeois, mais il n’est certainement pas le plus triste : c’est plus fort que lui, il ne peut pas garder son sérieux très longtemps ! Mais attention, n’allez pas croire qu’il prend son métier à la légère : son expérience d’une quarantaine d’années est redoutable.

À la vigne, son crédo est de limiter les rendements en réduisant le nombre de grappes par pied. Ses terroirs sont situés sur les terres argilo-calcaires qui entourent Ehnen, souvent sur des fortes pentes (jusqu’à 65 % dans la Hütte, à Greiveldange) et toujours bien exposés (sud, sud-est et sud-ouest).

Sa cave est installée au beau milieu du labyrinthe de ruelles qui encercle la seule église ronde du pays. Un cadre pittoresque où il vinifie notamment un riesling préphylloxérique planté il y a plus d’un siècle sur le Wousselt (Riesling Wousselt 1900). Les racines, qui s’enfouissent très profondément dans le rocher offrent une minéralité et une structure impressionnantes. Pour pérenniser ce patrimoine génétique devenu très rare, Jean Linden en fait greffer environ 150 plants chaque année pour les replanter dans ses autres parcelles de riesling.

Le vigneron aime également jouer avec le pinot noir, dont il place une partie en barriques pendant 22 mois. Lorsqu’il les ouille toutes les deux semaines pour que chacune soit constamment remplie, il goûte et trace une croix à la craie sur la meilleure. À la fin du processus, la barrique qui comptabilise le plus de symboles est celle qui portera l’étiquette « Pinot noir rouge vingt-deux mois en barrique ». Avis aux connaisseurs !